• Le massif de Svydovets, l’un des paysages forestiers les plus intacts d’Ukraine, devrait être sacrifié pour une gigantesque station de ski.
  • Des activistes et des défenseurs de l’environnement locaux luttent contre le projet de gigantesque station de ski dans les Carpates.
  • Les bergers de Svydovets produisent le fromage brenza selon la méthode traditionnelle.
  • Les défrichages illégaux entraînent aujourd’hui déjà des coupes rases et de l’érosion.
  • La forêt des Carpates est réputée pour sa forte biodiversité.

Sauvez la forêt des Carpates: pas de gigantesque projet pour les oligarques!

Svydovets, l’un des paysages les plus intacts de l’Ukraine, au cœur des Carpates, est voué à être détruit par une gigantesque station de ski. Le massif montagneux est le château d’eau de la région et le bassin versant de nombreuses rivières comme la Tisza, affluent du Danube. Certaines zones de Svydovets sont aujourd’hui déjà protégées en raison de leur importance écologique, comme la forêt de hêtres la plus élevée d’Europe. La station de ski planifiée détruirait non seulement cet écosystème fragile, mais aurait aussi des conséquences graves pour la population locale. C’est pourquoi le Bruno Manser Fonds réclame, dans une pétition adressée au gouvernement ukrainien, de bloquer le gigantesque projet et de placer la zone forestière sous protection intégrale. Signez la pétition sans attendre!

Les tenants et aboutissants de la gigantesque station de ski

Les forêts ukrainiennes sont gérées par les autorités forestières étatiques. Malgré cela, les défrichages illégaux constituent un énorme problème depuis des années. Les raisons principales sont à rechercher du côté de la corruption, de l’absence de mécanismes de sanctions et de la forte demande internationale de bois issu de coupes illégales. Les répercussions de ces coupes rases se font sentir sous la forme d’érosion, de glissements de terrain et de disparition de la biodiversité. En 2016, la population locale de Svydovets a eu vent de la volonté d’implantation d’un gigantesque projet dans cette nature intacte. Plus de 1’400 hectares de forêts devraient être défrichés à cet effet, soit la superficie de la ville de Genève. On y prévoit un énorme complexe touristique constitué de 60 hôtels, 120 restaurants, 390 lotissements d’appartements et 230 kilomètres de pistes de ski, pour une capacité de 28’000 touristes par jour. Compte tenu de l’isolement naturel de Svydovets, dans le cœur des Carpates, ce projet d’urbanisation est totalement inconcevable. Cet écosystème d’importance internationale menace d’être sacrifié sur l’autel du profit.

Conséquences pour la population locale et pour l’environnement

Les trois villages Lopukhovo, Yassinya et Tchorna Tisza, totalisant 8’000 habitants et situés au pied du massif de Svydovets, sont directement concernés par le projet pharaonique. Le complexe touristique menace la première source de revenus de la région: plus de 70 % de la population vit de la forêt (p.ex. comme bûcherons ou ouvriers de scierie) ou des ressources naturelles de cette région (récolte de baies et de champignons, bergers). Les promoteurs du projet font miroiter la création de places de travail pour acquérir la population au projet.

Le procédé mis en œuvre par les responsables est extrêmement opaque. Ils ont ainsi obtenu l’aval des villages concernés en n’invitant aux séances d’information que les partisans du projet. Par ailleurs, on ne sait toujours pas officiellement, à ce jour, qui sont les investisseurs de ce projet démesuré. Tout semble cependant indiquer que l’oligarque ukrainien Ihor Kolomoyskyi se cache derrière ce projet.

La gigantesque station de ski menacerait sérieusement l’approvisionnement en eau des villages, aujourd’hui déjà critique. Par ailleurs, les défrichages supplémentaires réduiraient la protection naturelle contre les inondations et contre les glissements de terrain. Enfin, l’intégralité de l’eau de Svydovets serait utilisée pour l’exploitation touristique. L’importance écologique de Svydovets se mesure au fait que 9 des 17 lacs de montagne de l’Ukraine et 94 espèces animales ou végétales menacées se rencontrent dans cette région.

La résistance s’organise à l’échelle locale et internationale

Grâce à l’initiative de quelques habitantes et habitants courageux de Lopukhovo, un mouvement bénéficiant d’un large soutien s’est aujourd’hui formé en faveur de la préservation de l’écosystème naturel de Svydovets. Le mouvement «Free Svydovets» (www.freesvydovets.org) est formé d’activistes locaux, de scientifiques de la région, d’organisations environnementales nationales et de la coopérative Longo Maï. Compte tenu du manque d’informations officielles, Free Svydovets a déposé une plainte auprès du tribunal administratif, provoquant un arrêt momentané du projet de construction. En dépit de la mobilisation croissante, la plupart des personnes vivant à Svydovets ont peur de s’exposer ouvertement contre la station de ski. L’alliance typique en Ukraine des oligarques avec les autorités gouvernementales favorise non seulement la corruption dans l’industrie du bois, mais restreint aussi la liberté d’opinion. C’est pourquoi le soutien international est décisif, pour assurer une protection réussie de ce paysage forestier unique.

Notre campagne couronnée de succès en faveur de la protection de la forêt primaire de Bialowieza, en Pologne, a montré que l’engagement commun d’activistes locaux et d’ONG actives à l’international déploie ses effets. Par ailleurs, Ihor Kolomoyskyi, probable initiateur du gigantesque projet et troisième fortune ukrainienne, fait le lien avec la Suisse dans le cas Svydovets: l’oligarque controversé vit en effet dans une villa au bord du lac Léman.

Svydovets jouxte en outre la réserve de biosphère UNESCO des Carpates. Nous demandons donc que ce paysage forestier unique soit intégralement placé sous protection et que tous les projets de construction en lien avec la station de ski soient immédiatement suspendus.

Signez aussi notre pétition adressée au président ukrainien Petro Porochenko!

Signer la pétition maintenant!
by moxi